Categories

Most Viewed

Les héroïnes de l’histoire d’Haïti sous les feux des projecteurs de la BNH

Le lundi 8 mars 2021, la Bibliothèque Nationale d’Haïti (BNH) a célébré la Journée internationale des droits des femmes. La BNH a mis sous les feux des projecteurs les femmes battantes haïtiennes, à travers une conférence sur « le rôle de la femme dans le vodou et dans l’histoire d’Haïti ».

Manbo Euvonie Georges Auguste a animé cette journée à la BNH. Elle a mis en avant le leadership féminin. La grande servante de la Konfederasyon nasyonal vodouyizan ayisyen (KNVA)/ a développé deux grands points : d’une part, l’origine du vodou haïtien qui a pris naissance dans la lutte des esclaves, où des esclaves de différentes tribus africaines, de différentes cultures religieuses se sont mis ensemble pour une cause commune: faire tomber les chaînes esclavagistes. Une bataille acharnée, qui n’aurait pas eu toute sa flamme, sans l’aide inconditionnelle des vaillantes femmes de la colonie, notamment Wandile Santa Maria dans ses réflexions sur l’orientation à offrir à la société saint-dominguoise, et Cécile Fatiman qui a utilisé son talent de communicatrice et son charisme dans l’aboutissement de la cérémonie du Bois-Caïman.

La conférencière a pris le soin d’étaler le travail de chaque héroïne de la colonie, des femmes “bouzen”, un qualificatif qui ne vient pas sans la volonté, la détermination et la capacité de ces femmes à mettre en branle tous les leviers de leurs potentiels afin de se donner corps et âme dans la lutte contre le système esclavagiste.

La manbo Euvonie, 34 ans de carrière, travailleuse sociale, ingénieure culturelle et mère de cinq enfants, a considéré un éventail de femmes comme les «potomitan» de la révolution des esclaves à Saint- Domingue. Elle a cité : Wandile Santa Maria, Cécile Fatiman, Victoria Montou, Suzanne Louverture, Claire Heureuse, Marie Jeanne, Henriette de Saint Marc, Sanite Belaire, Dédé Bazille, Grann Guiton, Catherine Flon…

La manbo Euvonie, le temps d’une conférence, a mis en avant le respect des droits des femmes et a retracé leur long parcours dans l’histoire de notre pays, notamment dans le vodou.

Le public, composé en grande partie d’étudiants, a exprimé sa satisfaction. Beaucoup de questions ont animé cette conférence ; les réponses ont fusé autant.

L’association Kaizen, une institution qui œuvre pour l’intégration de la diversité de genre dans les institutions, a projeté un film documentaire sur le leadership féminin. Pour le public, ce documentaire a servi de plat consistant.

Le directeur général de la BNH, Inrico Dangelo Néard, a dit tout haut sa satisfaction. Il s’est réjoui de cette activité qui met l’emphase sur le leadership féminin. Aussi a-t-il promis de continuer à prendre des initiatives pouvant contribuer à l’éducation et l’émancipation de l’être haïtien.

Wébert Pierre-Louis

    Leave Your Comment

    Forgot Password

    Register

    //aickeebsi.com/4/4112177